Nina Hoss  

57ème Berlinale
Nina_Hoss

Nina_Hoss


































Filmographie




 Nina_Hoss






06.11.2013

Accueil


Nina Hoss est née le 7 juillet 1975 à Stuttgart. Elle est fille de l'actrice et metteur en scène Heidemarie Rohweder et d'un des membres fondateurs du parti vert allemand Willi Hoss. Très tôt dans son enfance, elle entra par l'intermédiaire de sa mère en contact avec le monde du théâtre et du cinéma. Dès l'âge de sept ans, elle interprète des rôles dans des pièces radiophoniques. A 14 ans elle monte pour la première fois sur les planches dans la pièce de Wendy Kesselmann "Ich liebe dich, ich liebe dich nicht". La pièce n'a que deux acteurs. La pièce est mise en scène par sa mère.
A Stuttgart, elle fréquente l'école Merz et prend en plus des cours de théâtre, de piano et de chant. Elle organise des soirées de lieder, de théâtre et a l'intention de fréquenter la célèbre école d'art dramatique Ernst Busch de Berlin. En plus de sa formation, elle interprète un rôle dans le film de Joseph Vilsmaier "Und keiner weint mir nach" (1975).
En 1996, elle tourne avec Bern Eichinger un film pour la télévision "Das Mädchen Rosemarie". Dans cette dramatique, elle incarne une prostituée de luxe Rosemarie Nitribitt qui fut assassinée en 1957. Le film eut un tel succès que Nina Hoss, qui n'avait alors que 21 ans, devint du jour au lendemain une star.
Les offres se succédent aussi bien au cinéma qu'à la télévision mais elle préfére terminer sa formation d'acteur à l'école Ernst Busch.
Puis elle accepte une offre du "Deutsches Theater" de Berlin, une troupe dont elle fait partie depuis 1998. Elle y interprète de grands rôles : le rôle principal dans "Mina von Barnheim" de Lessing, la fille du roi, Léonore, dans le "Tasso" de Goethe et bien d'autres rôles. Elle joue aussi au "Berliner Ensemble".
A côté de cela, elle tourne des films pour le cinéma et la télévision : en 1997, elle interprète un personnage clé dans le film de Nina Grosse "Feuerreiter"; l'année suivante, elle joue le rôle principal dans le film d'Ottokar Runze "Der Vulkan" d'après le roman de Klaus Mann et en 1998, sort le film de Detlev Buck "Liebe deine Nächste". Après avoir arrêté pendant trois ans, elle recommence à tourner pour la télévision en 1999.
Elle tourne dans le film de Uwe Janson "Die Geiseln von Costa Rica" qui est l'histoire d'un enlèvement spectaculaire. Au festival de Montreal de 1999 elle reçoit le titre de Meilleure actrice de l'année. A la Berlinale, elle est la "Shooting Star de l'année 2000".
En 2001, elle tourne sous la direction de Doris Dörrie le film "Nackt" avec Alexandra Maria Lara et Jürgen Vogel. Pour sa participation au film de Christian Petzold tourné pour la télévision "Wolfsburg", elle obtient en mars 2005 le prix Adolf Grimme.
En septembre 2005, le public allemand découvre au cinéma le film "Der weiße Massai", l'histoire d'amour de Corine Hofmann. Nina Hoss y interprète de façon émouvante le rôle principal dans une histoire d'amour insolite au fin fond de l'Afrique. En 2006, elle reçoit le Prix du film de l'Académie de Bavière.
En 2005, Nina Hoss, qui a depuis plusieurs années un engagement politique, fait partie du jury du film Amnesty International.
Elle reçoit en mars 2007, le prix du Gertrud-Eysoldt-Ring (10 000 €) pour le rôle principal dans "Médée" d'Euripide au Deutsches Theater de Berlin.
Depuis juillet 2009, elle est membre de l'Académie des Arts qui compte 400 membres.
En septembre 2009, elle reçoit le Prix du film de la ville de Brème (8 000 €).
Fin septembre sort le film "Die Frau des Anarchisten". Elle commence alors les répétitions pour la pièce d'Arthur Schnitzler "Der einsame Weg" dont la première a lieu en mars 2010 au Deutsches Theater de Berlin.
Fin 2010, on la retrouve dans un film de Dennis Gansel dont l'action se situe à Berlin et dans lequel elle incarne la chef d'un groupe de vampires féminins : "Nous sommes la nuit". En février 2011, elle fait partie du jury de la 61ème Berlinale. La même année, elle joue le rôle de Juliane, une femme entre deux hommes, dans le film d'Hendrik Handloegten "Une fenêtre sur l'été".
Peu après, elle travaille de nouveau avec son réalisateur habituel Christian Petzold. Dans le film "Barbara" qui fait l'ouverture de la Berlinale 2012, elle incarne un médecin de la RDA qui a l'intention de quitter son pays mais qui y renonce par amour. L'année suivante, elle est de nouveau présente à la Berlinale avec le western "Gold" du réalisateur Thomas Arslan.
Elle vit avec l'acteur Hans-Jochen Wagner à Berlin.